Articles sur le sourcing en Chine

Qu’est-ce que l’incoterm CPT « Carriage Paid to »?

Valide pour tous les modes de transport, l’incoterm CPT stipule que le vendeur paye pour le transport maritime jusqu’au point de destination.L’acheteur paye l’assurance.

Le transfert de risques a lieu quand les marchandises sont remises entre les mains du premier transporteur (important à savoir quand il y a un changement de transporteur en route). Bien entendu, le dédouanement à l’export à la charge du vendeur.

Les 11 incoterms 2010 sont :
DAT (Delivered At Terminal)
DAP (Delivered at Place)
EXW (Ex Works)
FCA (Free Carrier)
FAS (Free Alongside Ship)
FOB (Free On Board)
CFR (Cost and Freight)
CIF (Cost, Insurance and Freight)
CIP (Carriage and Insurance Paid to…)
CPT (Carriage Paid to)
DDP (Delivered,Duty paid)

Ecrit par Thibaud Rassat

Sources :
http://www.iccwbo.org/incoterms/preambles/pdf/CPT.pdf

5 commentaires


Qu’est-ce que l’incoterm EXW « Ex Works »?

Cet Incoterm, International Commercial Term, est celui qui donne à l’acheteur le plus de responsabilités concernant le transport de sa marchandise.

Cet incoterm est valable pour tous types de transport.

Une fois la production finie, la seule charge du vendeur est de mettre à disposition de l’acquéreur, la marchandise emballée, au pied de sa société ou usine. Le client assure toutes les démarches administratives liées aux douanes, ainsi que le paiement de ces taxes : la déclaration des biens aux douanes, la délivrance des documents au service des douanes à l’import et à l’export, pour finir le paiement des taxes à l’import comme à l’export. Il choisi la logistique des transports : quel type, quelles compagnies, quel transport « navette » (de l’usine au transport principal), quel transport principal, quels types d’assurances … Les frais engendrés sont à sa charge.

Pour le fournisseur, il n’y a aucune prise de responsabilité et de risque concernant la marchandise. Cela signifie donc moins de contraintes financières, administratives et de logistique, mais aucune marge supplémentaire ne peut être faite.

Note : à proscrire lorsqu’il y a un passage en douane Export.
Ceci est un conseil et non une loi. En effet, l’exportateur n’a plus de contrôle sur la destination réelle de la marchandise. Nous attendons pour savoir si il peut tenu responsable légalement en cas de livraison sur un autre site qu’originalement prévu.

Côté acheteur, cet Incoterm est avantageux pour les grandes sociétés, tout simplement, car elles ont un poids financier assez important pour payer des experts (en finance, commerce international, douane et logistique du transport international), pouvant se trouver directement à l’étranger. De ce fait, ils arrivent à économiser les marges prises par les fournisseurs, pour chaque service pris en charge. Cependant, pour les PME, l’énorme travail de logistique que représente le transport, surtout si les importations ou exportations ne sont pas régulières et fréquentes, serait un investissement à perte et une dispersion des compétences de la moyenne ou petite société.

Les 11 incoterms 2010 sont :
DAT (Delivered At Terminal)
DAP (Delivered at Place)
EXW (Ex Works)
FCA (Free Carrier)
FAS (Free Alongside Ship)
FOB (Free On Board)
CFR (Cost and Freight)
CIF (Cost, Insurance and Freight)
CIP (Carriage and Insurance Paid to…)
CPT (Carriage Paid to)
DDP (Delivered,Duty paid)

Ecrit par Elodie Sellier et Thibaud Rassat

Sources :
http://www.algomtl.com/incoterms.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ex_Works

3 commentaires


Qu’est-ce que l’incoterm CIF « Cost, Insurance and Freight »?

Cet Incoterm, Cost Insurance et Freight (CIF), n’est applicable qu’aux transports maritimes. Il sous-entend que le vendeur est responsable de la marchandise jusqu’au port d’arrivée.

Ainsi, le fournisseur se doit d’assurer la marchandise tout au long du transport, choisir le port et la compagnie maritime, s’occuper de la déclaration des biens aux douanes, des documents administratifs et du paiement de la douane à l’export.

De son côté, l’acheteur récupère la production au port et doit s’occuper du déchargement, de l’acheminement de sa marchandise jusqu’à son entrepôt, ainsi que des douanes et taxes à l’importation.

Comme le nom de cet Incoterm l’indique, le coût, l’assurance et le fret sont pris en charge par le fournisseur. La part de responsabilité est donc plus grande pour le vendeur que pour l’acquéreur.

Les 11 incoterms 2010 sont :
DAT (Delivered At Terminal)
DAP (Delivered at Place)
EXW (Ex Works)
FCA (Free Carrier)
FAS (Free Alongside Ship)
FOB (Free On Board)
CFR (Cost and Freight)
CIF (Cost, Insurance and Freight)
CIP (Carriage and Insurance Paid to…)
CPT (Carriage Paid to)
DDP (Delivered,Duty paid)

Ecrit par Elodie Sellier et Thibaud Rassat

Sources :
http://www.algomtl.com/incoterms.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cost,_Insurance_and_Freight

10 commentaires


Exporter depuis la Chine: La douane en Chine

On parle très souvent du fonctionnement de la douane française, des formalités douanières lors d’importations mais beaucoup moins de ce qui se passe à la douane chinoise.

Attaché douanier à l’ambassade de France en Chine, Eric Wiart nous éclaire sur le fonctionnement de la douane chinoise en ce qui concerne les exportations depuis la Chine. Voici l’interview, publiée par l’ambassade française, à laquelle il a répondu :

Dans quel environnement s’exercent les exportations depuis la Chine sur le plan douanier ?

« Si les douanes chinoises s’attachent prioritairement à recouvrer les droits et taxes sur les produits importés, elles sont aussi chargées de s’assurer de la conformité des exportations en vue de s’opposer à des pratiques illicites voire frauduleuses (majorations de valeurs sur les exportations en vue d’obtenir un remboursement de TVA indu ou éviter le paiement d’une taxe à l’exportation). La douane chinoise met, par ailleurs, souvent en avant son implication dans la lutte contre le trafic de contrefaçons qui l’amène à contrôler les exportations (ce dont on ne peut que se féliciter). Globalement, les techniques d’analyse de risque facilitées par la dématérialisation des procédures de dédouanement permettent à la douane chinoise de concilier sécurité et facilitation des échanges. De fait, s’agissant des exportations depuis la Chine, peu de difficultés résultant de l’action de la douane chinoise me sont signalées par les opérateurs français présents en Chine.

Combien de temps prend en moyenne le dédouanement à l’exportation ?

Selon les douanes chinoises, le temps moyen entre le dépôt de la déclaration en douane et la libération de la marchandise est de 15 minutes. En revanche, le « passage en douane » pour les grands ports (intégrant le chargement, le déchargement, la manutention à quai, les démarches auprès de l’AQSIQ* et les douanes) a une durée estimée en moyenne à 24 heures. Pour une marchandise transportée par un moyen de transport aérien il faut compter en général 12 heures. Enfin, s’agissant des frontières terrestres, le temps nécessaire pour l’accomplissement de l’ensemble des formalités est d’une heure pour un véhicule et de trente minutes pour un passager.

Il y a-t-il une politique centrale au niveau de la douane ?

La douane chinoise applique les mêmes textes sur tout le territoire. Les provinces disposent cependant d’une certaine autonomie ce qui peut parfois donner lieu à des interprétations différentes des textes. Il existe de la même façon 5 laboratoires des douanes agréés pour le classement tarifaire des produits qui peuvent se prononcer de façon autonome.

Par ailleurs, les critères de sélection des déclarations en douane sont introduits dans le système informatique douanier à la fois au niveau central et au niveau local. Il en résulte qu’une même marchandise exportée concomitamment par deux ports chinois différents pourra faire l’objet d’un contrôle dans le premier port et pas nécessairement dans le second.

Les entreprises sont-elles classées par l’administration douanière, il y a-t-il des traitements ou critères particuliers ?

Il existe en Chine un système similaire à celui mis en place dans l’Union européenne au travers du statut d’Opérateur Economique Agréé (OEA). Les opérateurs sont classés dans une échelle comportant 5 échelons correspondant au niveau de confiance atteint en fonction des résultats des audits et des contrôles. Les entreprises les plus fiables peuvent accéder à des procédures simplifiées, et sont moins souvent contrôlées à l’export. A noter également que l’UE et la Chine travaillent conjointement à une reconnaissance mutuelle de leurs statuts d’OEA. Une telle reconnaissance concourra à sécuriser la chaîne logistique et ouvrira la porte à des échanges de données électroniques entre les douanes, facilitant ainsi le passage en douane.

Auriez-vous des conseils à donner aux PME qui veulent exporter de Chine vers la France ?

Il est préférable que l’agent en douane ou le représentant de la société en Chine prenne contact, avant le début des opérations, avec l’autorité douanière dont il va dépendre pour expliquer les flux à venir. Cela permet d’être conseillé sur la procédure à suivre la plus adaptée à son activité et d’évaluer les temps de dédouanement ainsi que les coûts.

De façon générale, les PME souhaitant exporter de Chine devront se montrer prudentes et s’assurer, dans la mesure du possible, que leurs commettants respectent les réglementations en vigueur et sont bien en possession des autorisations en cours de validité nécessaires (l’autorisation habilitant un agent en douane à déclarer est délivrée par la douane chinoise pour une durée de 3 ans). Le recours à des « trading companies» qui n’hésiteraient pas, dans le but d’obtenir un marché, à préconiser des pratiques peu orthodoxes (émissions de doubles jeux de factures ou classement erroné d’un produit) est bien sûr à proscrire. »

Il ressort de cette interview que les procédures et le fonctionnement général s’est grandement simplifiée, notamment depuis l’entrée de la Chine au sein de l’OMC en 2001.

Néanmoins, anticipation et information sont deux maitres mots à garder en tête pour éviter toute surprise. De manière générale, il est grandement conseillé de s’adresser à un professionnel habitué à exporter de Chine plutôt que de se lancer soi-même dans cette démarche.

Ecrit par Thibaud Rassat.

8 commentaires


Qu’est-ce que l’incoterm FOB « Free On Board »?

Cet incoterm, signifiant Franco Bord en français, n’est applicable qu’aux transports maritimes. Il désigne le vendeur comme responsable de la marchandise jusqu’à ce que celle-ci soit à bord du navire.

Cela sous-entend que le fournisseur doit se charger de l’emballage de la marchandise, du choix de la socié de transport et des honoraires d’assurance (vols, pertes, détériorations, etc.), jusqu’au port d’acheminement choisi par le client. La déclaration à la douane, les documents à fournir à cette entité, ainsi que le paiement des taxes à l’exportation, sont aussi sous sa responsabilité.

De son côté, l’acheteur prend le relais une fois la marchandise à bord du navire. Il est responsable du choix de la compagnie, de l’acheminement et du déchargement de la marchandise jusqu’à sa propre usine. Il doit régler les frais d’assurances depuis l’arrivée des produits sur le cargo jusqu’à la dernière étape de la livraison, ainsi que les frais et l’apport des documents nécessaires aux douanes à l’import.

Le seul changement notable pour le FOB avec la nouvelle mouture est que la notion de «passage du bastingage du navire» est abandonnée pour les marchandises conteneurisées. En effet, son interprétation était trop complexe voire impossible pour beaucoup de marchandises.

Cet incoterm revient très souvent dans les échanges internationaux (import-export). Les responsabilités des deux parties sont relativement équitables et permet donc un partage quasi-égale des risques et des contraintes.

Les 11 incoterms 2010 sont :
DAT (Delivered At Terminal)
DAP (Delivered at Place)
EXW (Ex Works)
FCA (Free Carrier)
FAS (Free Alongside Ship)
FOB (Free On Board)
CFR (Cost and Freight)
CIF (Cost, Insurance and Freight)
CIP (Carriage and Insurance Paid to…)
CPT (Carriage Paid to)
DDP (Delivered,Duty paid)

Ecrit par Elodie Sellier et Thibaud Rassat

Sources :
http://www.algomtl.com/incoterms.html
http://www.classe-export.com/vdoc/easysite/go/03r-00002g-04f/actualites-du-commerce-international/incoterms-2010-la-nouvelle-mouture-de-l-icc-pour-la-rentree

19 commentaires