Articles sur le sourcing en Chine

Payer son fournisseur chinois avec Paypal : la bonne solution ?

Paypal est l’un des nombreux services de payement en ligne qui permet à ses utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent dans le monde entier (nous avions déjà parlé de Western Union dans un article précédent).

Paypal est connu pour sa sécurité et sa facilité d’utilisation et peut être utilisé à des fins personnelles comme professionnelles. Par exemple, au lieu de partager vos informations bancaires avec des fournisseurs trouvés sur Alibaba que vous ne connaissez pas, si ces derniers acceptent le payement par Paypal, vous pouvez très bien l’utiliser comme moyen de paiement. Lorsque vous ouvrez un compte Paypal, cela marche un peu comme un compte bancaire, vous pouvez transférer de l’argent de votre compte bancaire au compte Paypal et vice-versa.

Les avantages que permettent les payements via Paypal sont assez attractifs :
– Sécurité sur les informations bancaires : la seule entité à connaître vos informations bancaires est Paypal lorsque vous créez un compte sur leur site. Après cela, vous pouvez effectuer des transferts sans être inquiété
– Risque de fraude ou arnaque moindre
– Aucun frais à payer en tant qu’acheteur
– La facilité d’utilisation : une fois le compte créé, l’utilisation est des plus simples. Pour les transferts d’argent, quelques clics et le tour est joué.

En tant qu’acheteur, les risques sont moindres comparés aux utilisateurs qui vendent et reçoivent de l’argent. Cependant il y a quand même eu quelques cas ou Paypal n’était pas si efficace que cela. Certains utilisateurs ont été victime de fraude concernant lesquelles Paypal n’a rien pu faire. Par exemple, une utilisatrice de Paypal a remarqué un transfert d’argent en USD qu’elle n’avait pas fait et en se plaignant à Paypal, il lui ont dit que ce transfert a été effectué par une personne utilisant son nom de compte et mot de passe et que la charge de la preuve lui revenait. Vous imaginez le parcours du combattant ensuite !

Le mieux lorsque l’on utilise Paypal comme moyen de payement c’est de ne pas avoir beaucoup d’argent sur le compte comme cela on évite toute chance de fraude.

En conclusion, si vous acheter des produits chez un fournisseur (comme des clés usb par exemple) et que celui-ci accepte Paypal comme moyen de payement et que vous ne possédez qu’un compte personnel, cela peut être fait en toute sécurité et peut valoir le coût. Néanmoins il est toujours plus fiable d’utiliser un compte bancaire professionnel qui reste la solution la plus efficace et fiable.

Ecrit par Kenny

Sources :
http://www.lovemoney.com/news/money-saving-tips-bargains-and-freebies/shopping/13325/the-dangers-of-using-paypal
http://www.tipsandtricks-hq.com/7-advantages-to-using-paypal-to-buy-online-2668
http://www.ehow.com/list_6775718_benefits-paypal_.html

Pas de commentaires


Mieux connaître la certification REACH

Acronyme de « Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals » , REACH est une régulation de l’Union Européenne datant du 18 décembre 2006 concernant les normes des substances chimiques et leurs potentiels impacts sur l’homme et l’environnement. Elle met en place un système unique d’enregistrement, d’évaluation et d’autorisation des substances chimiques dans l’Union Européenne qui est entré en vigueur le 1 Juin 2007 avec une phase d’implémentation complète de 11 ans.

REACH confie la responsabilité de l’évaluation et de la gestion des risques des substances chimiques aux entreprises productrices et importatrices et non plus aux autorités administratives. Ces producteurs et importateurs (seulement basé dans l’Union Européenne) qui importent ou produisent plus d’1/100/1000 tonnes/an de substances chimiques (cela varie selon les substances chimiques impliquées) sous forme de substance pure devront s’enregistrer et transmettre des informations sur les propriétés de ces substances chimiques, principalement sur la sécurité autour du maniement de la substance ou produit et son bon usage. Ces informations devront être enregistrées dans une base de donnée contrôlée par l’Agence Européenne des produits chimiques. Le but principal est d’assurer une transmission et une communication dans la « supply chain » des informations utiles et nécessaires quant à l’utilisation de ces substances en toute sécurité.

L’une des catégories de produit que REACH encadre également est celle des SVHC (« Substance of Very High Concern ») à cause de leur potentiel danger sur l’homme et l’environnement. L’Agence Européenne des produits chimiques doit être informée de la présence de SVHC dans les produits finis si la quantité totale pour la fabrication de ce produit dépasse 1 tonne/an ou/et si la présence de SVHC dépasse plus de 0.1% de la masse du produit. L’importateur ou le producteur doit également fournir les informations nécessaires à la manipulation du produit en toute sécurité.

Concernant la certification REACH en Chine, elle est plus souvent pratiquée, si ce n’est tout le temps, sur des produits plutôt que des substances pures. Ces test assurent la plupart du temps que la présence de SVHC dans le produit concerné ne dépasse pas plus de 0.1% de la masse totale.

Ce test est donc très utile pour les importateurs européens puisqu’il assure et évite à ces derniers toutes les complications mentionnées plus haut.

Ecrit par Kenny

Sources :
http://europa.eu/legislation_summaries/internal_market/single_market_for_goods/chemical_products/l21282_fr.htm
http://www.pic2europe.fr/information-et-reglementation/environnement/produits-chimiques/reach
http://en.wikipedia.org/wiki/Registration,_Evaluation,_Authorisation_and_Restriction_of_Chemicals

 

Pas de commentaires


Différence entre marquage CE et certifications

Lorsque vous importez un produit (jouets, serviettes de bain, montres etc) de Chine ou en provenance d’un autre pays en dehors de l’Union Européenne, il est probable que celui-ci fasse l’objet de réglementations en matière de sécurité, de santé ou de respect de l’environnement.

Pour identifier les règlementations en vigueur, il faut que vous trouviez le Hs code de votre produit et contactiez ensuite soit votre transporteur international soit l’Afnor qui eux pourront vous renseigner.

Pour ces produits, le marquage CE est souvent obligatoire afin de pouvoir circuler librement dans l’UE  et être ainsi en règle. C’est ce que l’on appelle la certification réglementaire.

Le fabricant peut se délivrer lui-même le marquage CE sans qu’il n’y ait de  contrôle d’aucune autorité (européenne ou autre) en la matière. Il s’agit dans ce cas d’une simple attestation « de bonne foi ». Les contrôles ne peuvent se faire qu’à posteriori, et la plupart du temps seulement lorsqu’il y a un problème avec le produit.

De l’autre côté il y a ce qu’on appelle les certifications volontaires qui elles apportent une reconnaissance du niveau de qualité (BENOR, NF, GS, CEBEC, BOSEC, …). Ces certifications sont obtenues après avoir fait l’objet d’un test par un organisme extérieur et reconnu. Avec ces marques de qualité, vous pouvez être sûr que le produit répondra aux normes du pays vers lequel vous importez.

En conclusion il faut donc faire attention car le fait que votre fournisseur vous dis qu’il peut faire un marquage CE ne signifie pas toujours une bonne qualité des produits ni un respect des normes. Il faut surtout que vous fassiez confiance au rapport de test que l’usine doit avoir, rapport délivré par un laboratoire indépendant. Là est toute la différence.

Ecrit par Kenny Soumksamrane

Sources :
http://www.gralon.net/articles/maison-et-jardin/bricolage/article-les-marques-nf-et-ce—quelle-difference–6060.htm
http://www.classe-export.com/vdoc/easysite/go/03r-00002b-00m/strata-gie-certification-qualita-achats/a-la-une-ama-rique-du-nord-plans-de-relance

Pas de commentaires


Explications sur le CIQ

Si vous avez déjà importé des produits de Chine, il est possible que vous ayez déjà entendu parler du CIQ (« The China entry-exit Inspection and Quarantine Bureau »). Faussement considéré comme une certification, le CIQ est en fait un organe de contrôle des importations et exportations.

Le CIQ est administré par l’AQSIQ (« The general Administration for Quality Supervision, Inspection and Quarantine ») qui est l’organe administratif mesurant et inspectant les importations et exportations  de ou vers la Chine. Afin de remplir son rôle, l’AQSIQ a établi 35 CIQ à travers toute la Chine en plus de plusieurs centaines d’autres bureaux à travers le pays dans les ports et aéroports.

La certification délivrée par le CIQ assure la conformité du produit à certaines prérogatives sur la qualité et la fiabilité de ceux-ci. La plupart des produits exportés de Chine doivent avoir cette certification pour être autorisés à sortir du pays.

Cette certification rajoute 1 à 2 jours au cycle d’exportation (car démarches administratives supplémentaires) et est valide pour 2 mois. Cela est sans compter le délai de réalisation des tests qui peut attendre une dizaine de jours.

Dans la grande majorité des cas, il est du devoir de l’usine de faire les démarches pour l’obtention de ce document qu’elle transmettra ensuite au transporteur en charge de l’acheminement de vos produits. Le coût est situé entre 90 et 10 USD  si le fournisseur à une licence d’exportation et peut monter jusqu’à 500 USD pour ceux qui ne l’ont pas. Dans ce cas là, l’usine passera généralement par une tierce partie comme une société de trading.

Notez également que l’envoi d’échantillons ne suit pas le même processus (est considéré comme échantillon une marchandise de moins de 30Kg et moins de 300 USD) car n’étant pas comptabilisé comme une exportation.

Ecrit par Kenny

Sources :

http://libertyint.com/LibertyInternationalFinal/Fact%20Sheets/CIQ%20Presentation.pdf
http://www.china-certification.com/en/ciq-certificate-an-alternative-china-market-entry
http://www.ciqcid.com

Pas de commentaires


La Différence entre votre échantillon et votre production finale

La grande majorité des usines chinoises n’ont pas la même perception de l’importance d’un échantillon qu’en ont les occidentaux.

En effet, pour la plupart d’entre elles l’échantillon n’est là que pour donner une idée globale de ce que sera le produit fini et il est presque normal que la production de masse ne corresponde pas tout à fait à l’échantillon validé au préalable.

L’objectif principal est donc de bien comprendre les étapes de production de l’usine mais aussi de poser un maximum de questions par rapport à tout ce qui concerne la production de votre produit. Cela peut être le type de matériau utilisé par exemple. Il arrive souvent qu’il y ait de légères variations entre le matériau de votre échantillon et celui utilisé pour la production de masse.

L’usine va peut-être essayer d’économiser un peu en prenant un matériau plus fin, moins solide, bref prenez vos précautions en spécifiant cela dans le contrat et pourquoi pas en effectuant un prélèvement en début/milieu de production.

Il en va de même pour l’impression. Les couleurs peuvent en effet varier et lorsque vous faites l’inspection de fin de production, vous vous rendez compte que vos produits son bien différents de votre échantillon. Là encore, protégez-vous un maximum en précisant les codes pantone où toutes précisions utiles pour l’impression (nom du fichier à utiliser, type d’impression etc). Mis devant le fait accompli, votre fournisseur (en cas d’erreur) se fera obligé de refaire la production.

Une tolérance est souvent admise cependant et demandée par les fournisseurs avant le lancement de la production. Il faut en tout cas que vous discutiez de cela avec l’usine au préalable pour évitez d’être pris au dépourvu.

Ecrit par Thibaud Rassat

Pas de commentaires


Page 2 sur 2012345...1020...Fin »