Articles sur le sourcing en Chine

Pourquoi produire un échantillon avant d’acheter en Chine?

En tant qu’importateurs, vous n’attendez très souvent qu’une chose : la réception des marchandises, conformes à ce que vous avez commandé.

Tout le monde (acheteur, fournisseur), étant pressé de passer la commande, il est très facile de se laisser embarquer dans une production et finalement s’apercevoir lorsque les marchandises arrivent que tout n’ait pas été respecté comme convenu.

Pour éviter tout écueil, l’étape par laquelle vous devez absolument passer (en plus du contrôle qualité) est la production d’un ou plusieurs échantillons. Pour quelle raison ?

Même si votre fournisseur vous a envoyé des photos de ce qu’il a produit par le passé, si il vous confirme qu’il peut utiliser tel code pantone ou que le nouveau design que vous lui proposez ne pose aucun problème, rien ne vous garantie la véracité de ses propos.

Il ne faut pas oublier que l’on est avant tout dans le secteur de la production et que le meilleur moyen de s’assurer de la compétence de votre fournisseur est de lui commander un échantillon, échantillon qui devra être identique (dans la mesure du possible) au produit final que vous souhaitez faire réaliser.

La production d’un échantillon est très souvent une étape contraignante pour le fournisseur. D’une part car il va devoir mobiliser sa chaîne de production un certain temps (création d’un moule spécifique par exemple), d’autre part car il ne gagnera que très peu d’argent sur cet échantillon et on le sait, les fournisseurs chinois ne voient les bénéfices qu’à court terme pour la plupart.

Il est donc fort probable qu’il vous incite à commander directement ou alors il vous enverra un échantillon de qualité moyenne en vous indiquant que les petits défauts que vous voyez seront corrigés pendant la production de masse.

Ne faites surtout pas l’erreur de céder ! La production d’un échantillon ne dure rarement plus de 15 jours (cela varie bien sûr beaucoup selon le produit). Ces 15 jours peuvent paraître longs mais au final, ils vous permettront de voir les élements à améliorer et d’être rassuré quant au bon déroulement de la production de masse (en supposant bien sûr que l’échantillon soit suffisamment de bonne qualité).

Un bon échantillon est la clé d’une production réussie. Ne négligez pas cette étape, prenez le temps de mettre sur le contrat de production tous les éléments (design, emplacement du logo, dimension du logo, code pantone pour telle ou telle partie, caractéristiques technique etc) que vous jugez essentiels et vous verrez que cela rendra les choses beaucoup plus faciles !

Ecrit par Thibaud Rassat

Sources:
http://www.qualityinspection.org/pre-production-samples/

2 commentaires


Achat sans risque sur Alibaba?

Créé en 1995, le site Alibaba est devenu une plateforme incontournable pour le e-commerce, avec près de 16 millions de membres et un volume quotidien de transactions estimé à plusieurs centaines de millions d’euros.

Mettant en relation acheteurs et vendeurs, importateurs et exportateurs, Alibaba permet de rentrer en contact quasi immédiat avec des millions de fabricants. Caverne aux trésors ou piège en puissance ?

Pour se faire une idée, il suffit de faire une recherche sur n’importe quel produit et l’abondance de résultat vous ramènera vite à la réalité. Oui, Alibaba est un outil précieux permettant de gagner un temps précieux mais rien ne vous garantie que ce que vous trouverez au bout correspondra à 100% à ce que vous souhaitiez.

En fait, il faut imaginer Alibaba comme un annuaire géant. Vous rentrez vous même le mot clé (ce que vous recherchez) dans le moteur de recherche du site et vous avez alors toutes les réponses en relations avec ce(s) mot(s) clé(s).

Vous remarquerez également que toutes les premières sociétés de la liste de réponses ont l’accréditation « gold member ». A première vue, on peut supposer que ce sigle garantit un certain sérieux ou du moins un certain niveau de qualité de la société en question, mais la réalité est bien différente.

Etre « gold member » (membre privilégié) est avant tout un atout marketing d’Alibaba permettant aux sociétés s’acquittant de la cotisation annuelle de 3000 usd de se mettre en avant sur le site et de se retrouver dans le haut du panier lorsqu’un utilisateur fera une recherche sur un produit les concernant (le taux de visibilité est, selon Alibaba, 22 fois supérieur à celui d’un simple membre). Vous comprendrez alors pourquoi vous trouvez beaucoup de « gold members » sur le site.

Un autre point mis en avant par Alibaba est que toutes ces sociétés ont eu leur statut juridique vérifié par une des equipes du site. Oui mais, cela prouve t-il que la société est compétente ? La réponse est non.

Il est difficile de trouver un chiffre sur le nombre de personnes qui ont été abusées par des sociétés présentes sur le site et qui ont versées de l’argent sans jamais rien recevoir, mais une simple recherche sur un moteur de recherche (par exemple « arnaque alibaba ») vous en dira long sur les risques que vous prenez si vous n’approfondissez pas votre travail avant d’effectuer une transaction sur le site. Nous en avons eu un exemple récent – en février de cette année 2011- avec une fraude à grande échelle impliquant des dirigieants et des employés de la société.

Pour faire simple, Alibaba est un peu comme une vitrine géante où vous pouvez avoir accès rapidement à une multitude de sociétés. Maintenant, c’est à vous de faire un travail de recherche adéquat pour vous assurer autant que faire se peut que l’entreprise qui vous semble honnête et sérieuse l’est réellement.

Est-ce que parce que l’image du produit est de bonne qualite, le produit est de bonne qualité ? bien sur que non. Est-ce parce que la personne que vous avez contactée vous a répondu en anglais rapidement, cela veut dire que la société est sérieuse ? bien sur que non.

Etablir un contrat- même pour une commande d’échantillon-, contrôler le produit par le biais de photos d’usine et non pas de photos avec logo, avoir une personne sur place ou un intermédiaire pouvant effectuer un contrôle visuel, autant de démarches indispensables pour se prémunir de mauvaises surprises. Une erreur et c’est au minimum le temps de production (et/ou d’envoi) qui est perdu, sans compter la perte financière qui peut s’avérer conséquente.

Faites des recherches sur cette société. Peut-être y-a-t-il des commentaires d’acheteurs sur internet. Bien entendu, la grande majorité des entreprises présentes sur le site sont honnêtes et de bonne foi, mais il faut néanmoins être prudent et prendre un maximum de précautions.

Alibaba vous aide à trouver les fabricants mais c’est à vous de faire la sélection, car être present sur Alibaba ne garantie ni la compétence ni le sérieux.

Alors attention et prudence !

Ecrit par Thibaud Rassat

Sources:
http://sellermania.blogspot.com/2007/12/comment-le-chinois-alibaba-est-devenu.html
http://www.topchinasuppliers.com/alibabacom-gold-membership-is-it-worth.html
http://www.marketing-chine.com/e-marketing/le-fonctionnement-dalibaba
http://www.lefigaro.fr/societes/2011/02/22/04015-20110222ARTFIG00785-le-site-chinois-alibaba-eclabousse-par-une-fraude.php

Pas de commentaires


Salon du « Sex toys » en Chine

Une équipe de gcb sourcing s’est rendue le 11 mars au salon « China Adult Care Expo 2011 » regroupant une multitude de fournisseurs et grossistes de jouets érotiques pour adultes.

Des sociétés américaines, allemandes, taiwanaises, japonaises, coréennes essayaient de se promouvoir pour percer le marché chinois en plein essor. Des marques de renommées mondiales telles que Baile, Fun Factory, Bswish et Lelo ont ainsi exposées leurs produits les plus design. Bien évidemment la majorité des exposants étaient des fournisseurs chinois cherchant à exporter a travers le monde.

Gcb sourcing a pu ainsi étoffer ses contacts et mettre à jour ses catalogues fournisseurs et se mettre au courant des dernières nouveautées produits : SM, lingerie, godemichets, vibromasseurs, anneaux, boules de Geisha, œufs vibrants, lubrifiants, etc…

Que vous soyez un grossiste en France, un magasin ou un commerce internet, gcb sourcing pourra trouver les sex toys qui vous intéressent.

N’hésitez pas à contacter l’équipe de gcb sourcing, nous garantissons un maximum de plaisir à nos clients…

6 commentaires


Que veut dire « sourcing »?

Avec l’utilisation de plus en plus fréquente d’anglicismes, nous perdons le sens des mots. En tant que société de sourcing, il est intéressant de se pencher sur ce mot et de voir ce qui se cache derrière.

Sourcing vient du verbe anglais « to source » qui a pour définition « remonter à la source », c’est à dire remonter au point de départ d’une information. En français, le mot source désigne « l’endroit d’où l’eau sort, son origine ». Par extrapolation, ce terme a désigné par la suite le travail de recherche qui est effectué pour le compte d’un acheteur/importateur.

Sourcer un produit peut donc être compris comme le fait de remonter à l’origine du produit, c’est à dire le site où il a pris forme, l’usine de fabrication.

On se rend donc compte de l’immense complexité de la tâche, puisque avec la multiplication des sites de production, même si un produit ne peut venir que d’une usine, ce même produit peut se faire produire dans un nombre (très souvent) incalculables d’endroits.

C’est donc pour cette raison que tout « sourceur » doit appliquer un certain nombre de règles (relatives à la sélection de fournisseurs, à l’application d’un contrôle qualité pointu etc.) et avoir certaines qualités (patience, rigueur, organisation et bien d’autres) qui, si elles sont combinées, lui permettront d’être la clé de voute de l’acheteur.

Ecrit par Thibaud Rassat

Sources :
http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/source
http://www.sourcing.me/origine-et-progession-du-sourcing.html
http://www.dicocitations.com/definition_littre/27419/Source.php

1 commentaire


Le sourcing en Chine vu par le blog Acheter en Chine

L’article original a été écrit par Cédric du blog Acheter en Chine: « Sourcing Chine: les clés du succès« :

« Voici un petit article sur ma façon de voir les achats en Chine, et spécifiquement la partie « sourcing » qui pourrait très bien s’intituler « nos valeurs » ou « notre façon de penser » dans un (peut être) futur site professionnel !

I. La Chine : le sourcing en Chine

Dans « sourcing en Chine », il y a deux composantes importantes : le sourcing, et la Chine. Un bon sourceur en Tunisie ou au Bengladesh ne sera pas forcément un bon sourceur en Chine.

1. Le contact avec les chinois pour un bon sourcing

Les chinois, pour faire des affaire avec ces excellents business-men, il faut les comprendre. Ou du moins faire un pas en avant dans la quête de la compréhension de leur façon de penser. Combien d’entreprises se sont cassées les dents en souhaitant s’implanter en Chine, ou simplement en souhaitant faire des achats en Chine qui ont (très) mal fini.

J’ai eu l’occasion de rencontrer un Directeur Chine pour une grande marque de prêt à porter française qui souhaitait s’implanter en Chine. Après des implantations réussies de part le monde, ce curieux personnage qui revenait d’Espagne clamait à tout va « ça marche partout, ça marchera en Chine »…

Quelle ne fut pas sa déception, à la vue de son turnover de personnel, et surtout -et bien malheureusement pour la marque- au manque de notoriété actuelle de la marque en Chine.

La Chine dispose de la population qui est majoritaire en nombre dans le Monde entier, croire que nos valeurs sont les meilleures et ne pas chercher à connaître son interlocuteur, c’est déjà foncer droit dans le mur

2. Au delà de la culture chinoise : le chinois

Cela est logique, mais pas pour tous. Pour comprendre son prochain, il faut être en mesure d’échanger avec lui (Confucius disait : sans langage commun, les affaires ne peuvent être conclues). Bien évidemment, il y a l’anglais, langue internationale du business, mais comme pour le français, il y a des choses qui touchent beaucoup plus l’interlocuteur lorsque l’on les prononce dans sa langue maternelle.

Par ailleurs, à l’heure où maîtriser le mandarin n’est toujours pas chose commune, le fournisseur chinois sera plus enclin à travailler avec un sourceur ou un acheteur qui fait un pas en avant à la découverte de sa langue et de sa culture.

II. L’import export avec la Chine

Un bon sourceur, ce n’est pas qu’un sourceur. Sans être un employé polyvalent, c’est un employé qui comprend tous les process de la supply chain et de l’import export entre deux pays concernés

1. Comprendre l’import export

Il existe les sourceurs qui sourcent, ceux là pensent que sourcer c’est simplement envoyer un mail à un fournisseur (avec lequel l’on a déjà travaillé, bien souvent) avec une fiche technique, et attendre sa réponse pour transmettre le prix majoré d’une confortable marge au client.

Ce type de sourcing, le client peut le faire aussi, trouver des fournisseurs sur Alibaba ou Globalsources et leur envoyer un mail, c’est relativement simple. Ce qu’il faut pour réussir, c’est avoir la maîtrise des métiers, et en comprendre les enjeux. Le but n’est pas toujours le prix pour le client, mais aussi le développement produit, le design, les tendances, les délais, la qualité de l’usine, et tout cela doit normalement amener un bon sourceur à se remettre en question et à repartir de (presque) rien à chaque nouvelle demande.

2. Le bureau d’achats en Chine

Pour se remettre en question, être au courant des tendances, et auditer les nouveaux fournisseurs potentiels, il me semble qu’un bureau d’achats en Chine peut être un élément décisif dans la qualité des réponses aux clients, mais aussi en termes de réactivité.

Etre au plus proche des fournisseurs sera de plus un atout important en période de rush comme lors du nouvel an chinois, ou lors de crises comme celle que nous avons pu voir en 2009 avec la grippe A.

III. Les achats en Chine

Sourcer, c’est en fait un métier d’acheteur. Plus que la simple recherche de fournisseur et demande de prix, le sourceur doit être un excellent négociateur

1. Le sourceur doit se mettre dans la peau de l’acheteur

Et en se mettant dans la peau de son client, il identifiera ainsi mieux les besoin de ce dernier. Il saura négocier sur les points importants de la commande ou d’un ensemble de commandes, et lier une relation de confiance mutuelle entre lui et le grossiste chinois.

Cette relation sera étudiée sur le long terme, en cas de renouvellement de commande. Travailler comme les occidentaux ou les acheteurs américains, et jouer sur la « pression » du meilleur prix, c’est aussi rater d’avance des affaires.

Certes, en Chine l’on peut obtenir les meilleurs prix, mais la qualité sera proportionnelle à ce dernier. La meilleure qualité au meilleur prix, c’est un concept plein de mauvais sens, et sans avenir.

2. Les contraintes logistiques

Pour auditer un fournisseur, le sourcing devra garder à l’esprit les contraintes logistiques et pratiques liées à la position de ce dernier. Trouver un excellent fournisseur avec de très bons prix en mongolie intérieure sera moins intéressant qu’un sur la côte Sud Est de la Chine, plus cher.

En effet, les sociétés d’audit, de contrôle de normes et d’inspections ont souvent leur bureaux sur la côte Sud Est (entre Shanghai et Hong Kong), les frais de déplacement et autres « man day » viendraient alors ruiner toutes les économies réalisées sur le prix à la pièce en sortie d’usine.

Les prix doivent donc être intelligemment calculés pour qu’ils soient optimisées en tant que prix FOB (prix du produit fini, regroupé, emballé, mis en container et livré au port de départ)

IV. Faire fabriquer en Chine : Les risques de la sous-traitance

Comme je le disais plus haut, le contrôle qualité est essentiel lorsque l’on sous-traite des produits. Il conviendra en fonction des commandes et des besoin du client de pouvoir faire faire des échantillons de production (BAT) mais aussi des échantillons durant la production ainsi que des prélèvement lors du contrôle qualité.

Le sourceur étant l’intermédiaire avec le fournisseur chinois, ce sera à lui de veiller à ce que la production présente le moins de risque possibles sur les recommandations de l’acheteur. »

Pas de commentaires


Page 10 of 20« Debut...89101112...20...Fin »