La Chine et la contrefaçon : un équilibre économique !

1-     Qu’est-ce qu’une contrefaçon ?

Une contrefaçon correspond à l’imitation ou à la copie non autorisée d’objets, aliments, médicaments ou documents informatiques/vidéos, tout en prétendant leur authenticité. D’un point de vue législatif, est considérée comme contrefaçon, ou faux, tout ce qui ne respecte pas les motions du droit commercial et de la propriété intellectuelle.

2-     La Chine et la contrefaçon :

– D’un point de vue culturel :

Dans la culture chinoise, il est honorable de savoir imiter les plus grands. Les chinois considèrent que reproduire le travail d’un maître correspond à une étape nécessaire pour maîtriser une technique ou un art. En effet, l’un des plus ancestraux et des plus prestigieux de ce pays, correspond à la calligraphie, soit l’art d’imiter au mieux les ancêtres. Plus généralement, en Chine, copier est une « forme de partage communautaire ». Cela explique pourquoi la contrefaçon n’a pas tout de suite été perçue comme un mal auprès des chinois et reste encore aujourd’hui quelque chose de bien toléré.

– D’un point de vue historique :

A la mort de Mao, la Chine se tourne vers l’exportation de marchandises bon-marché, pour la simple raison que l’importante masse de main d’œuvre disponible ainsi que les techniques employées ne sont pas d’un niveau élevé. Ce pays cherche alors à favoriser l’implantation d’entreprises étrangères en leur offrant des conditions intéressantes. Ces collaborations « sino-mondiales » furent pleinement utiles aux chinois, leur apportant les techniques et connaissances manquantes à leur développement. A ce tournant historique et économique, les chinois voient dans la contrefaçon un moyen « facile » (aucun pré-requis nécessaire) de subvenir à leurs besoins, voire profiter d’une vie meilleure. Des usines chinoises clandestines copiant les techniques et productions occidentales apparaissent, des manufactures légales se voient victimes de « vols » (surplus de série sont réalisés en cachette), etc. : la contrebande se développe !  Inconvénient, de taille pour les entreprises étrangères : la propriété intellectuelle et les droits d’auteur ne sont pas respectés. Les copies continuent d’exister et vont jusqu’à « prolifèrer » dans les années 90. Pour ne pas voir ces sociétés partir, la Chine s’aligne peu à peu aux modèles occidentaux de protection contre la contrefaçon. Seulement, la place prise par cette contrebande au sein de l’économie chinoise est telle qu’il n’est pas tant préférable de la voir disparaître.

– D’un point de vue économique :

A l’échelle mondiale, les contrefaçons chinoises représentent approximativement 80% des faux importés ou exportés partout dans le monde. A l’échelle de ce pays, la contrefaçon représente :

– 8% du PIB

– un chiffre d’affaire annuel d’environ : 16 milliards de dollars US

– 15 à 30% de l’activité industrielle du pays

– 3 à 5 millions d’emplois (soit entre 20 et 40% de la population chinoise).

3-     Est-il envisageable d’espérer voir la contrefaçon disparaître de Chine ?

Il est évident qu’en Chine la copie, part de la culture depuis des siècles, soit depuis quelques décennies solidement présente au sein de l’économie chinoise. Utilisée en premier lieu, comme simple moyen de faire face à une situation économique changeante, les chinois ont petit à petit fait de la contrefaçon un vrai business.

D’une certaine manière, tiraillée entre la nécessité de protéger les entreprises étrangères et ne pas voir disparaître la contrebande, la Chine tente de pérenniser son précieux équilibre économique. Bien que ce pays s’aligne de plus en plus sur les modèles de lois anti-contrefaçon occidentaux, il n’a aucun intérêt à se lancer dans une traque intensive de la contrebande. Bien que des pertes notables soient ressenties par certaines des marques déposées, faisant produire en Chine (ex : les pertes annuelles de Procter and Gamble sont d’approximativement 150 millions de dollars US), faire disparaître la contrebande représenterait certainement un manque économique important du côté Chine !

Cependant, si beaucoup de sociétés continuent à faire produire en Chine, c’est qu’elles ont majoritairement su s’entourer d’experts (comme les sociétés de sourcing) pour assurer le bon déroulement de leur commerce et diminuer le risque des contrefaçons.

Ecrit par Elodie Sellier

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Contrefa%C3%A7on
http://www.b-i-infos.com/art_valentine_jejcic_chine_empire_contrefacon.php
http://www.liberation.fr/economie/0101380988-grande-traque-a-la-contrefacon-en-chine

Ecrit par Elodie
  • Comme une élève chinoise,j’ai vu plusieurs problèmes de société chinoise. Par exemple,l’inflation, les grandes différences des classes différentes, le prix super haut des appartements, etc. Donc, il nous faut attendre plus longtemps pour améliorer la qualité de vie des Chinois.

  • Bonjour Jean-Pascal,

    Effectivement, il n’y a pas si longtemps encore, les US ne se genait pas pour « emprunter » les bonnes idees sans se soucier des brevets.

    Cordialement

  • Et pour rajouter un quatrième point, au vu du legs technologique historique des Chinois au monde et surtout aux Occidentaux qui ont su le plus en tirer profit (mais ceci est un autre long débat), on ne peut pas leur en vouloir de faire des copies pendant quelques décennies !